Que mettre dans son compost ?

Si le compostage entre dans les procédures de préservation de la planète, c’est avant tout parce qu’il permet aux ménages de réduire leur production de déchets organiques, et d’obtenir en échange un engrais bio qui servira à enrichir le sol.

Pour vous permettre de réduire votre empreinte environnementale, voici un rappel de tout ce que vous pouvez mettre dans votre compost et obtenir un fertilisant 100 % naturel.

Composter les déchets organiques

On entend par déchets organiques tous les déchets ménagers d’origine végétale et animale, entièrement biodégradables. Pour accélérer le processus de fermentation du compost, il est vivement conseillé d’y ajouter une quantité exacte de déchets humides et secs.

Que mettre dans un composteur

Les autres déchets alimentaires et ceux provenant de la maison seront ajoutés en petite quantité pour bien équilibrer le mélange obtenu.

Les déchets humides ou déchets verts

Les déchets verts ou humides concernent les restes et épluchures de fruits et légumes, les fleurs fanées, les mauvaises herbes sans graines, les sachets de thé, les feuilles d’arbre et les branchages broyés.

Les déchets secs ou déchets bruns

Cette catégorie renvoie aux déchets secs au toucher, comme la paille, les mouchoirs et serviettes en papier, les coquilles d’œufs concassées, le marc de café, le papier journal, le coton, les sachets d’emballage en papier et les écorces.

Les déchets à utiliser en faible quantité

Pour bien équilibrer le compost, variez les ingrédients en y ajoutant les déchets organiques à décomposition lente comme l’ail à fonction bactéricide, les agrumes qu’il faudra réhumidifier avant de composter, le gazon trop compact qui risque d’altérer l’aération du compost, le laitage, le poisson et les morceaux de viande dégageant une forte odeur susceptible d’attirer les rats, les fourmis et les autres animaux nuisibles, que vous allez prendre soin de bien enterrer jusqu’à 20 cm sous le compost.

Les déchets à éviter

Pour obtenir un fertilisant bio de bonne qualité, certains déchets sont à proscrire et c’est le cas des mégots de cigarettes, du métal et tout autre matériau non biodégradable (comme le plastique), de la poussière d’aspirateur, des matières fécales d’animaux domestiques, des feuilles vernissées de lierre ou de laurier, des liserons et des plantes rampantes, des résineux de type cyprès ou aiguilles de pin, des plantes et végétaux traités aux pesticides.

Comment reconnaitre un compost mûr ?

Après avoir aéré, humidifié et retourné régulièrement votre compost, vous saurez qu’il a mûri s’il a un aspect homogène, une teinte sombre et qu’il dégage une douce odeur de terre de forêt. Sa structure est grumeleuse et facile à émietter, tandis que sa texture est à la fois friable et fine.

Votre compost sera prêt à l’emploi si vous n’arrivez plus à reconnaitre les différents types de déchet que vous y aurez placé auparavant.

Pour l’utiliser, ajoutez ce compost bio à la terre de votre jardin à l’automne par léger griffage, au printemps entre les rangées de fleurs ou de légumes avant de pailler, et durant toute l’année dans les trous de plantation, en servant de rempart entre la couche de terre et les graines.